Extraction des dents de sagesse

Les dents de sagesse, aussi appelées troisièmes molaires, apparaissent vers la fin de l’adolescence ou la jeune vingtaine. D’un point de vue anthropologique, elles servent à la mastication d’aliments robustes.

Elles n’ont plus la même utilité aujourd’hui, mais gagnent à demeurer en bouche, ne serait-ce que pour conserver le capital dentaire.

L’extraction n’est pas systématique

Un des objectifs du dentiste est de s’assurer que le patient conserve, dans la mesure du possible, ses dents naturelles. Ainsi, lorsqu’un patient possède des dents de sagesse et que celles-ci n’entravent pas la santé buccodentaire, elles peuvent rester en bouche. La prise régulière de radiographies panoramique permettra d’en superviser l’évolution.

L’extraction, qui est une procédure courante, sera requise lors de situations problématiques :

  • Mâchoires de largeur insuffisantes
  • Éruption partielle
  • Présence ou risque élevé de kyste
  • L’inclusion de ces dents risque de résorber les racines des molaires adjacentes.
  • Lorsqu’elles sont éruptées, peuvent être en interférence avec l’occlusion.
  • Lorsque le patient n’a pas accès à ces dents afin de maintenir une hygiène adéquate.
  • Lorsqu’elles sont cariées et le dentiste n’a pas l’accès suffisant pour les restaurer.
  • Lorsqu’elles interfèrent dans les mouvements dentaires lors d’un traitement orthodontique.